Retrouvez l'actualité des "Dames du Chemin " sur une nouvelle page


8 mars 2013

Les Dames du Chemin aux Editions GLYPHE (suite du 26 avril 2009)



J'ai laissé passer l'hiver et j'ai tenu la promesse faite à mon grand-oncle d'aller le saluer, au nom de tous les miens, dans ce carré militaire de Cerny-en-Laonnois où le temps s'était arrêté pour lui et quelques uns du 156ème régiment d'infanterie ce 16 avril 1917.
Ce Chemin des Dames où il a laissé sa peau comme beaucoup de ses frères fantassins c'est maintenant un peu le mien aussi.
En ce qui me concerne, Soupir, Braye-en-Laonnois, Bourg et Comin, la Ferme d'Hurtebise, la Caverne du Dragon ne sont plus seulement des noms tracés sur des cartes mais des lieux chargés d'histoire que je garderai longtemps en mémoire.




Comment imaginer que ces plaines aux apparences si tranquilles aient pu abriter des charniers, des tombeaux à ciel ouvert ? Aujourd'hui, elles se parent de jaune et de vert et au loin on peut de nouveau percevoir l'écho d'un clocher ou la rumeur d'un village reconstruit...



Et pourtant, encore ici, on se souvient. De nombreux cimetières et des Monuments aux Morts sont là pour nous rappeler que nombreux sont ceux (toutes nationalités confondues) qui ont laissé leur vie pour honorer leur drapeau.



*

C'est avec une vive émotion que j'ai poussé la porte en fer forgé du cimetière de Cerny-en- Laonnois. Malgrè le soleil qui nous accompagnait, un grand froid me glaçait les veines.


Je n'étais pas seule, "il" savait que j'étais là...Peut être sourirez vous à la lecture de ces lignes un peu emphatiques à votre goût mais c'est vraiment ce que j'ai pu ressentir à cet instant qui nous appartenait.

Il y avait eu cette recherche sur le site de Mémoires des Hommes, la visite à la dernière descendante de sa famille qui me confia ses médailles et son portrait... Il avait fallu organiser ce déplacement : étudier des cartes, louer une voiture, trouver un abri pour nous loger... Quelques mois étaient passés, remplis parfois d'incertitudes et aussi de beaucoup d'espérance mais j'étais là, fidèle à ma promesse et délestée d'un poids : j'avais enfin bouclé la boucle du destin d'Abel Marchand. Il n'était pas mort deux fois puisque le souvenir tenace était là...


Il ne me reste plus qu'à tenir cette dernière parole, la rédaction de ce roman où il sera question du cheminement de ce courageux fantassin d'à peine vingt-ans et de son 156ème régiment un brin oublié et là aussi j'ai prononcé un voeu...


A suivre ...

21 mars 2010
Ce jour énorme et émouvante surprise, un courriel via ladamenbleu@yahoo.fr
un lecteur de l'excellent forum portail 14-18 vient de me faire un très beau cadeau : le témoignage étayé de documents concernant son grand-père Vancilli Garibaldi dit Baldi né en 1888 de parents italiens et qui a pris la nationalité française pour effectuer son service militaire au 156ème régiment d'infanterie.
Mobilisé, il rejoint le Quinze Six comme grenadier au 2ème bataillon 7ème compagnie, cette même compagnie où mon grand oncle a combattu...
Monsieur Garibaldi a combattu ce même 16 avril 1917 au côté d'Abel Marchand et grâce à Dieu, la Providence ou la Chance comme vous voulez l'entendre ressortira de l'enfer du chemin des dames gravement blessé puisque mutilé d'une jambe.Il recevra la médaille militaire de Verdun 1916et la croix de guerre avec palme ainsi que la Légion d'Honneur.
En 1918, Baldi retrouvera son village, se mariera, aura une fille qui a maintenant 90 ans.
C'est aujourd'hui son petit fils qui m'écrit pour me livrer les témoignages de ce courageux soldat qui chaque 11 novembre, sans aucune exception, appuyé sur sa canne répondait "Mort pour la France" à l'appel des noms inscrit sur le Monuments aux Morts de Brevonnes inauguré en 1924...

Un grand merci à Alain THILLEROT qui en ce jour de printemps assez morose vient d'éclairer ce ciel bleu sombre en un espoir horizon...J'ai maintenant Baldi et Belou avec moi pour m'accompagner sur notre Chemin des Dames.


Septembre 2011 : j'ai enfin mis le mot FIN à mon recueil de nouvelles sur la Grande Guerre. Le manuscrit part vers quelques maisons d'éditions....A SUIVRE ......

Vancilli Garibaldi "Baldi" (1888-1986)


Ces Français que nous fûmes contraints de jeter dans la bataille, ils ont des droits sur nous...
Georges Clémenceau à la chambre des députés le 20 novembre 1917.




08 Mars 2013
Je vous présente Les Dames du Chemin qui prennent leur route aujourd'hui. Elles ont été accueillies avec bienveillance par Eric Martini et toute son équipe des Editions Glyphe. Un grand merci à eux. Merci aussi à Jean-Pierre Verney pour sa confiance et la préface qui ouvre le recueil.

Désormais,  j'attends, si vous le souhaitez, vos retours de lecture.

Les Dames du Chemin, c'est avant tout une promesse faite devant la tombe de celui (mon Grand-Oncle) qui a laissé sa peau lors de l'offensive Nivelle. En déroulant le fil de son histoire personnelle, je suis rentrée dans la grande Histoire. Pendant quatre ans, je ne suis pas sortie de ma tranchée et j'éprouve encore des difficultés à m'en extraire.  J'ai lu énormément sur le sujet comme je vous en ai déjà fait part  et j'ai fait le constat que les femmes ont elles aussi tenu un rôle important dans la Grande Guerre (des usines aux champs mais aussi aux abords des gares voire dans les lupanars). Ainsi, j'ai voulu aussi leur rendre hommage c'est pourquoi elles sont omniprésentes dans ces 11 nouvelles...

Merci encore pour tous vos encouragements.
Amitiés et @ bientôt !



Maryline Martin
Préface de Jean-Pierre Verney
NOUVELLES, 2013
ISBN 978-2-35815-099-6
130 pages
Référence : Nvl.021
Prix public : 12,00 euros
Prix Internet (5 % de réduction) :
11,4 €
Par courrier : le bon de commande ci-joint (n'oubliez pas si vous souhaitez une dédicace de le signaler)



7 commentaires:

karine a dit…

Cet homme va revivre sous ta plume... Ses souffrance n'auront pas été tout à fait vaines : miracle de l'écriture... Je t'embrasse. Karine.

christian a dit…

Bonsoir Maryline
tres poignantes ces quelques lignes
amicalement christian terrasson

Maryline MARTIN a dit…

Bonjour Christian merci pour cette lecture attentive. Je suis toujours en attente des documents d'Alençon...Je vous tiendrai informé comme promis de la suite...Amitiés Maryline

Maryline MARTIN a dit…

Chère Karine, je porte ce projet depuis tellement longtemps que je m'efforce de ne pas baisser la garde pour qu'il voit le jour ...je t'embrasse MM

Anne a dit…

Bonjour,

C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai lu ces lignes. Et je vous souhaite beaucoup de succès dans votre projet de livre.

Mary a dit…

Merci Anne, je vous ai répondu sur votre boite mail. Je prends ces encouragements comme un double signe venu de très haut :)

Anne a dit…

Bonsoir Maryline,

La solidarité qui existait entre les poilus se poursuit entre leurs descendants ! Quel bonheur de lire que, grâce à celle-ci, vous avez pu vous avancer un peu sur le chemin de votre mémoire.

Amitiés,