Retrouvez l'actualité des "Dames du Chemin " sur une nouvelle page


9 novembre 2008

Ma Mémoire Horizon


Abel François Victorien est né le 03 Août 1896 à Pontchardon dans le département de l'Orne
C'est un soldat de 2ème classe du 156ème Régiment d'Infanterie-Son numéro de Matricule : 15741 au corps-Classe 1916

Numéro 734 au recrutement d'Alençon.


Il a bénéficié d'une permission au cours de laquelle sa mère (mon arrière grand-mère) l'a si bien soigné de ses engelures que toute sa vie elle l'a regretté "si j'avais su mon pauvre Petit ne serait pas reparti"... Mon arrière grand-père ne disait rien ayant souvent tempêté qu'il n'y avait jamais eu de déserteur dans la famille.

Abel François Victorien Marchand n'est jamais revenu dans son village de l'Orne. Il est mort pour la France "Tué à l'ennemi"le 16 avril 1917 à Moussy dans l'Aisne.

Il faisait partie des dizaines de milliers de combattants de toutes nationalités morts au Chemin des Dames au cours de l'offensive conduite par le général Nivelle au printemps 1917.


Ma grand-mère Augustine Marchand m'a souvent raconté l'histoire de ce Poilu tué dans la fleur de ses 20 ans et à jamais disparu quelque part dans l'Aisne loin de sa Normandie natale.


Depuis mon adolescence, je lis beaucoup sur le sujet, me documente et remonte peu à peu le temps et fixe sur des cahiers des témoignages et des récits que j'ai pu glaner ça et là.





Des lectures chocs comme "Le feu" d'Henri Barbusse et "les Croix de bois" de Roland Dorgeles me font toujours frémir; je ne pouvais ne pas penser à Abel Marchand, mon grand-oncle montant à l'offensive, baillonnette au canon, après avoir bu une rasade de ce mauvais vin que l'on donnait avant chaque assaut.


Résonnaient en moi les cris et les râles de ces mourrants implorants leur mère avant que les corbeaux , ces oiseaux des morts, viennent les défigurer ne laissant derrière eux que des charniers putrides...

Je préférais nettement qu'il ne soit endormi à jamais comme le dormeur du val de Rimbaud avec deux trous rouges au côté droit même si cette fin est tout aussi atroce.


Cette Grande Guerre qui devait être la Der des Ders a plongé de nombreuses familles dans le dénuement et le désarroi le plus complets... L'angoisse des plis bleus portés par le maire, les inscriptions qui n'en finissent pas sur les monuments aux morts des communes de France. Et quand ils en revenaient, de ce front de malheur, avec des images de feu et de peur plein les yeux, c'était le corps et l'esprit brisés et des gueules cassées pour certains.


Monument aux morts de Randonnai (61)
Relevé effectué par : André CAPMARTY,
33 personnes
Mis en ligne : 24/09/2008



Ce soir Abel le frère d'Augustine est venu à nouveau me rendre visite. J'ai mené mon enquête de ce côté du net via le Mémorial du Chemin des Dames; et ce n'est pas sans émotion que je l'ai retrouvé... Il devait trouver le temps long dans son carré militaire du Cimetière de Cerny en Laonnois mais tout cela je ne le savais point. Pour toute la famille, il avait été porté disparu et était à tout jamais un soldat inconnu déposé dans une fosse commune...



A quelques heures de la célébration de l'Armistice qui n'évoque hélas plus grand chose aux jeunes générations, je me prépare à ce voyage en Picardie, pour ces retrouvailles avec ce grand oncle perpétuant ainsi dans mon coeur son existence...






*à écouter "la chanson de Craonne" 2ème titre de ma play list*




10 commentaires:

marie a dit…

il faudra donc rajouter quelques informations sur ce grand oncle dans le mémorial virtuel. beaucoup d'histoires à y découvrir en perspective. Très interessant, vraiment.

Maryline MARTIN a dit…

@Marie, merci Marie ta lecture me touche. J'ai fait le nécessaire et je pense qu'après validation des autorités compétentes les informations seront portées sur le mémorial. J'ai commencé à lister les camarades d'Abel mort le même jour. C'est fou par manque de temps et d'énergie aussi j'avais laissé le projet s'endormir et voici qu'il souhaite ressortir de sa léthargie alors...je fonce...Je vais préparer ce voyage en Picardie..

Karine a dit…

Que ce billet est triste et touchant! Que d'émotions tu vas ressentir durant ce voyage vers le passé... Il te nourrira aussi pour les pages de ton nouveau recueil... La Grande Guerre est aussi évoquée dans mon prochain roman... Je te souhaite une bonne après-midi. Karine.

Maryline MARTIN a dit…

@Karine : Oui j'ai pris un guide sur l'Aisne pour préparer ce "pélerinage" et puis repris contact avec une dernière soeur à ce grand oncle âgée de près de 90 ans...pour obtenir une photo et son carnet militaire mais là c'est plus délicat vu l'âge avancée de la vieille dame et ce brusque rappel du passé...à suivre...j'ai hâte de découvrir ce nouveau roman et ce nouvel écrin qui l'abritera ;)

Lunaba a dit…

j'avais pris la plume il y a quelques années pour noircir un cahier d'écolière avec comme trame la lettre d'une femme de soldat... et celle de son enfant... mais j'ai laissé le silence s'installer, il faut beaucoup de courage pour écrire sur le sujet et j'en ai peu...

*douceur pour toi*

ervalena a dit…

Bonjour Maryline et merci pour ta visite chez moi!!! Le monde est petit! je vois une photo de Randonnai dans l'Orne... La famille de mon père est de Bernay(27) et Argentan (61)
J'ai eu une maison à colombages pas loin de Vimoutiers et de Trun...
et mon grand-père a connu les fossés de la Somme aussi...

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je suis arrivé sur votre site comme ça! (Avec le net on a vite fait de s'égarer.)
Je ne regrette en rien cet arret. D'autant plus que j'ai vécu jusqu'à lage de mes 21ans à Vimoutiers. Cela fait ressortir chez moi un petit peu de nostalgie.
bonne continuation.
Dédé 14.

Maryline MARTIN a dit…

Bonjour Dédé,merci pour votre passage par ici, la porte est ouverte, revenez quand vous voulez. Mon coeur est comme le vôtre du côté de la Normandie...Amicalement Maryline

Parisianne a dit…

Je flâne au hasard, et suis très touchée par ces recherches que vous avez engagées. Quel épisode terrible. Mon arrière grand-père, né dans l'Orne faisait son service militaire au moment de la déclaration de la guerre, il a vécu cet épisode tragique pour beaucoup de familles. Je ne l'ai malheureusement pas connu et je le regrette.

Maryline MARTIN a dit…

Peut être alors que votre arrière grand père a croisé mon grand oncle ...Connaissez vous son régiment d'incoportation...J'attends encore des nouvelles concernant sa médaille militaire...C'est passionnant et troublant...Merci de m'avoir lue ici...