Retrouvez l'actualité des "Dames du Chemin " sur une nouvelle page


6 mars 2008

Le jour du poème...

Le jour du poème Point d’orgue du Printemps des poètes
vendredi 7 MARS 2008
sera marqué par une mobilisation d’ampleur nationale.
Nommée « Le grand jour du poème à l’autre », cette vaste opération poétique consiste à offrir un poème à la personne de votre choix. A votre collègue, votre voisin, une personne dans la rue, quelqu’un dans les transports… Echangez les poèmes !




Je vous offre Cher(e)s Ami(e)s de la blogosphère cet "Aquarihomme" en cette 10ème année du Printemps des Poètes...



Nous nous sommes apprivoisés par une belle nuit d’été
Sous la canopée, nous semblions être les seuls au monde
Elle serait tendre cette mise en scène que nous allions créer
Tour à tour nous serions l’air, le vent et la terre mère féconde

*

Sans un bruit sous le regard brillant et complice des étoiles
Nous nous sommes tous deux dans la douce bruyère étendus
De notre cœur nous avons enlevés la pudeur et son voile
Nous avons oublié le temps et l’heure sans aucune retenue

*
D’un geste tendre, lentement, longuement tu m’as effeuillée
Explorateur tu as parcouru mes dunes, mes monts et merveilles
Passive et lascive, je me suis en toute confiance abandonnée
La nuit tiendrait ses promesses, puissance des sens en éveil
*
A l’O de ma claire fontaine tu as posé tes lèvres sur mes ondes
Ta bouche m’aspirait, telle une gourmandise elle en était friande
Comme Narcisse tu t’es penché sur mon bassin aux rives profondes
Voyelles ânonnées à l’horizontale, orientale était notre langue

*

Mes reins ont épousé les tiens, duO-crescendO de cœurs à corps
Mes doigts erraient dans ta crinière mon bel et fougueux étalon
Mineure je ne l’étais plus, majeurs confirmés étaient nos accords
Ton souffle dans mon cou provoquait en moi cent mille frissons


*
Tes empreintes sur ma chair seraient autant de témoignages
Capitaine de ce bateau ivre , tu avais été le seul maître à bord
Lové au plus profond de moi, râlant comme un fou à l’abordage
Prisonnier de mes hanches je t’ai enfin trouvé mon fabuleux trésor

*
Tanguant, valsant, nous avons partagé cette folle farandole
Gardant à mes lèvres tes syllabes dans un faible soupir
Peau aime à quatre mains de deux âmes qui s’envolent
Diapason métronome nous avons flotté au rythme du plaisir

*

[Ce poème a obtenu le 8ème prix du poème coquin (1ère féminine de l'épreuve) organisé par Jean-Claude George Président de la Société des Poètes et Artistes de France- Directeur d'Art et Poésie Revue Internationale de Culture Française]126 participants et 10 prix

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Même si je ne suis pas fan de poésie (peut-être parce que je suis trop dans l'action ?) c'est une très belle initiative...
Oh la, la, je vois que tu peux voir tes visiteurs grâce à leur lieu de résidence... Je pense que j'apparais avec "Rouen"... C'est très indiscret, ça!...

Maryline MARTIN a dit…

Je ne pense pas être une contemplative, je suis aussi dans l'action et la réaction (devise de mon lieu de travail !) mais la poésie est pour moi un souffle...En ce qui concerne la provenance de mes visiteurs, c'est important pour moi de situer sur la carte mes lecteurs et lectrices...Ainsi je visite la France qui ne se résume pas seulement à la capitale...Je vais ainsi à la rencontre des gens. Je salue ici le visiteur de Canteleu...J'ai pu voir qu'il y avait un beau pavillon Flaubert à Croisset en me rendant sur le site de l'office du tourisme :)Quant aux visiteurs étrangers ou européens c'est troublant de voyager ainsi ....J'en profite ici pour tous vous remercier de l'intérêt que vous portez à ce blog...