Retrouvez l'actualité des "Dames du Chemin " sur une nouvelle page


12 octobre 2008

En passant quelques mots sur MAUPASSANT

Une participation à un concours de nouvelles organisé par la charmante bibliothèque ville de Triel sur Seine m'a donné l'envie de connaître un peu mieux Monsieur Guy de Maupassant...


Par ailleurs, je me suis beaucoup amusée à recréer le style de cette partie de campagne même si mon texte n'a pas trouvé écho auprès du jury de la bibliothèque...Il est vrai que ma nouvelle se passe au bord de la Marne, mauvaise pioche c'est la Seine qui est organisatrice du concours ;-)
Pas grave, je la garde au chaud cette nouvelle "à la manière de " et on ne sait jamais elle ressortira un jour au l'autre en plein jour éclaboussant (cela se passe au pays des guinguettes) un nouvel opus...

Après avoir donc noyé ma déception non pas dans un verre de Calvados* bien que je puisse revendiquer des origines normandes , j'attends une réponse de la SAPC (je me comprends), mais dans une tasse de Yogi Tea; j'ai décidé de continuer à me documenter sur le Sieur de Maupassant en lisant une des biographies consacrées à l'auteur, écrite par Henri TROYAT. Dieu que cette phrase est longue...







J'avoue que j'avais beaucoup aimé les adaptations des contes et des nouvelles à la télévision, de véritables petits bijoux qui rassemblaient sur le petit écran l'atmosphère et la grivoiserie que l'on trouve chez l'auteur.
Photo © Jean Pimentel / France 2


Henri Troyat étaye sa biographie à l'aide de correspondance que l'auteur a entretenue avec son ami ou père naturel ? Flaubert. Il insiste un peu trop à mon avis sur la vie débridée de l'écrivain et son penchant pour les filles légères et faciles. Maupassant passe à la moulinette la petite bourgeoisie qu'il cotoie de près courant avec un égal appétit après les femmes du peuple et du monde..








Vingt-sept livres publiés en dix ans. Une vie de météore, brève, fulgurante, partagée entre la débauche, le sport et l'écriture. Où faut-il chercher le vrai Maupassant ? Dans le petit fonctionnaire qui raille férocement ses collègues de bureau, écoute avec dévotion les conseils de son maître Flaubert et passe ses dimanches à canoter sur la Seine et à trousser les filles ? Dans l'auteur en vogue qui collectionne les gros tirages, organise des orgies burlesques, barre superbement son yacht sous le soleil de la Méditerranée et court des putains aux femmes du monde avec un égal appétit ? Dans l'artiste de génie, enfin, solitaire et secret, souffrant d'un mal incurable et qui lutte désespérément pour achever son oeuvre ? Multiple et insaisissable, aussi fier de ses muscles saillants que de sa plume féconde, de sa rudesse terrienne que de ses succès de salon, de ses débordements sexuels que de son refus des honneurs, Maupassant réunit tous ces hommes en un seul, et les contradictions de sa nature donnent à ses écrits un accent à la fois cynique et tendre, poétique et violent qui assure leur pérennité à travers les générations et les modes. Edition Flammarion 1992

J'ai refermé la biographie avec une certaine tristesse avec l'impression d'un gâchis prédestiné.
Maupassant est mort emporté par la folie. La syphilis a eu raison de ce corps d'athlète réduit à l'état de loque. A quatre pattes, il lèche les murs de sa cellule, chasse son fidèle serviteur François Tassart lui reprochant d'avoir envoyé une lettre à Dieu dans laquelle il l'accusait d'avoir sodomisé une poule et une chèvre...
Emporté par la folie et seul, interné dans la célèbre maison de santé du Docteur Blanche. Ni son père, ni sa mère ne feront le déplacement pour accompagner leur fils à sa dernière demeure. Laure de Maupassant a envoyé sa femme de chambre Marie May. Le docteur Fanton d'Andon, frère de la veuve d'Herve (le frère de Guy) représente la famille. Le fidèle serviteur plongé dans une grande tristesse suit l'enterrement de sa propre vie...

Maupassant qui voulait être enseveli en pleine terre est mis dans un triple cerceuil de sapin, de zinc et de chêne; l'exigence de l'écrivain ayant été jugée indécente par l'administration des Pompes Funèbres.

Alexandre Dumas fils soupire : Quelle destinée ! quelle perte pour les lettres ! Ah ! c'était un lapin !" Cette virile oraison funèbre n'aurait pas déplu à l'ancien canotier de "La Grenouillère".


Ajout du 22 Octobre 2008, la bibliothèque de Triel sur Seine vient de m'adresser mon prix de participation : " Contes du jour et de la nuit" de...Guy de Maupassant. Je suis ra vie :)


4 commentaires:

Anonyme a dit…

Maupassant, c'est toute la Normandie du coeur, j'adore... En même temps, il ne lui fait pas de cadeau, montrant parfois une réalité tout sauf poétique... Boulimique de travail, gourmand, bon vivant comme Balzac... qui buvait des litres de café comme moi, c'est bien le seul point commun! Je t'embrasse. Karine.

Anne-Sophie a dit…

Moi aussi j'aime beaucoup Maupassant en particulier ses nouvelles fantastiques, sur la folie. J'aime beaucoup ces atmosphères étranges.

J'avais également apprécié les contes, notamment avec celui Catherine Jacob.

LE CHEMIN DU BONHEUR a dit…

Lorsque j'étais adolescente, la lecture était mon refuge. Je lisais les auteurs par série. J'ai donc lu et aimé tous les Maupassant que je trouvais à la bibliothèque municipale. J'étais très sensible à ses ambiances...
Chat l'heureusement
Joëlle

Lunaba a dit…

je suis certaine que ta Nouvelle avait la justesse de Maupassant dans la psychologie des personnages, il y a en ton encre, un parfum d'époque, celle où les auteurs s'attachaient réellement à leurs personnages :)
ton écriture a le trait des impressionnistes d'antan :)
*je t'embrasse*